Retour à la section « Nouvelles & articles »


Avocats sans frontières Canada dénonce fermement l’attaque armée dirigée contre le Réseau national de défense des droits humains en Haïti


Port-au-Prince, 11 avril 2018. Avocats sans frontières Canada (ASFC), manifeste sa profonde préoccupation à la suite de l’attaque armée dirigée contre les locaux du Réseau National de défense des droits humains (RNDDH) à Port-au-Prince, dans la nuit du 9 au 10 avril 2018. Aux environs de 2h du matin, cinq projectiles ont été retrouvés sur place, dont quatre ont atteint directement le bâtiment. Fort heureusement personne n’a été blessé.

ASFC est profondément choquée par cette situation qui vise à déstabiliser et à terroriser les membres de l’équipe du RNDDH, de même que l’ensemble des défenseur-e-s des droits humains qui travaillent à promouvoir, défendre et mettre en œuvre les droits des personnes et des groupes en situation de vulnérabilité en Haïti.

ASFC demande aux autorités haïtiennes compétentes de prendre toutes les mesures nécessaires afin qu’une enquête diligente soit menée pour traduire en justice les auteurs de cet acte d’intimidation, que la lumière soit faite sur les sources de cette attaque et que des démarches immédiates soient entreprises pour assurer une meilleure protection des défenseur-e-s des droits humains dans le pays.


Un événement qui ranime des craintes


Cet évènement intervient quelques jours après que des tracts menaçants ont été retrouvés à l’entrée du RNDDH. Ces tracts indiquent une ferme intention de réitérer la tentative de meurtre ratée en 1999, lorsque des individus ont ouvert le feu sur le Directeur Exécutif du RNDDH, Pierre Espérance, et l’atteignant de deux projectiles. Soulignons que la famille de M. Espérance fait également l’objet de menaces.

Rappelons que conformément à la Déclaration des Nations Unies sur les défenseurs des droits humains,  ces personnes sont libres d’exercer leur travail sans contraintes. Par ailleurs, l’art. 12.2 de la Déclaration prévoit que : « L’État prend toutes les mesures nécessaires pour assurer que les autorités compétentes protègent toute personne, individuellement ou en association avec d’autres, de toute violence, menace, représailles, discrimination de facto ou de jure, pression ou autre action arbitraire dans le cadre de l’exercice légitime des droits visés dans la présente Déclaration ».

ASFC s’associe aux organisations haïtiennes de défense des droits de la personne pour renouveler sa solidarité au RNDDH.