Retour à la section « Nouvelles & articles »

COVID-19 : un mot de notre directeur général

La pandémie de la COVID-19 représente un enjeu majeur et inédit de santé publique à l’échelle internationale. Depuis plusieurs semaines, la plupart des États ont dû prendre des mesures sans précédent pour juguler la propagation du coronavirus qui a déjà infecté près de 8 millions de personnes et en a tué plus de 400 000 selon des statistiques que l’on sait bien incomplètes.

 

Nous avons dû nous aussi prendre des mesures exceptionnelles pour assurer la protection des personnes qui travaillent avec ou auprès de nous à faire de l’accès à la justice une réalité. Une grande partie de nos activités sur le terrain avec les victimes de violations de droits humains et d’injustice impliquent des rassemblements de personnes. Elles ont dû être annulées ou reportées, tout comme les déplacements internationaux, nationaux et régionaux qui constituent notre quotidien. La majorité de nos coopérant.e.s à l’étranger ont dû être rapatrié.e.s dans leur pays d’origine. Le télétravail, le confinement et la distanciation physique font maintenant partie de notre réalité comme pour la plupart d’entre vous.

 

Malgré tout cela, Avocats sans frontières Canada (ASFC) continue à mener avec énergie sa mission de solidarité et de coopération internationale. Tous nos programmes sans exception ont été maintenus. Ils ont été revus de fond en comble pour déterminer, avec nos partenaires, des façons innovantes de poursuivre notre mission même en contexte de pandémie.

 

Nous avons en ce sens publié le 2 avril 2020 la déclaration L'État de droit et les droits humains toujours aussi importants en temps de crise. Nous y rappelons que s'il est légitime pour les États de prendre des mesures difficiles afin de contenir les impacts de la pandémie sur la santé publique, ceux-ci ne sont pas dispensés de leur obligation de respecter et de faire respecter les droits humains sur leur territoire. Nous sommes heureux de constater que cette déclaration a trouvé écho le 8 avril 2020 dans la déclaration Implications de la COVID-19 pour les droits de la personne des ministres canadiens des Affaires étrangères et du Développement international. 

 

Cette déclaration d'ASFC du 2 avril 2020 est également déclinée, dans la série État d'alerte disponible sur Internet, en dossiers spéciaux sur des droits spécifiques tels que le droit à la santé, la liberté d'expression, ou la protection des défenseur.e.s des droits humains

 

Nous sommes en même temps très actifs auprès de nos partenaires sur le terrain. Par exemple, nous menons des campagnes publiques au Guatemala et en Colombie pour informer les femmes et les filles de leurs droits ainsi que des ressources et recours auxquels elles ont accès en temps de pandémie. Dans ces pays comme partout dans le monde, la COVID-19 a en effet malheureusement un effet différencié sur les femmes et les filles, exacerbant les inégalités et certaines violences basées sur le genre. Au Honduras, nous collaborons avec nos partenaires aux fins du plaidoyer et d’actions judiciaires contre la stigmatisation des communautés LGBT et contre les mesures discriminatoires ou abusives en temps de pandémie. En Amérique centrale, nous travaillons avec les procureurs généraux pour contrer les effets de la pandémie sur la traite de personnes. En Haïti, nous appuyons l’Office de protection du citoyen dans la documentation et la dénonciation des violations des droits humains liées à la pandémie, notamment contre les femmes et les personnes en situation de vulnérabilité. Au Mali, nous sommes à pied d’œuvre avec la Commission vérité, justice et réconciliation pour l’aider à poursuivre son mandat en faveur de la paix malgré la COVID-19.

 

Partout dans le monde, les défenseur.e.s des droits humains ont fait preuve de résilience et ont continué le combat pour des causes – telles la paix, la réconciliation, l’égalité, la lutte contre l’impunité ou la pauvreté – qui demeurent essentielles, pandémie ou non. Ils se sont aussi levés contre les nouvelles formes d’injustice et d’inégalités générées par la pandémie.  

 

La crise actuelle est donc aussi un rappel criant de notre humanité commune et de la nécessité – particulièrement en ces temps difficiles – de lutter ensemble pour la préserver. C’est notre capacité à faire preuve de solidarité et d’engagement qui nous permettra, collectivement, de faire face à ce défi.

 

Plus que jamais, Avocats sans frontières Canada sera guidée par ses valeurs et principes d’action. L’État de droit, la justice, la protection des droits humains et des libertés individuelles, l’égalité et la coopération demeurent des priorités, aujourd’hui comme hier. Nous sommes là en temps de pandémie et serons là après la pandémie.

 

Parce qu'aucune crise ne peut dénaturer le caractère fondamental des droits humains, nous sommes et demeurerons « sans frontières ».

 

Merci à nos partenaires sans frontières

Consulter la liste des partenaires