Retour à la section « Nouvelles & articles »

Les réparations pour les survivantes de violences sexuelles liées au conflit au Mali au centre d’une table ronde

Global Survivors Fund (GSF) en collaboration avec Avocats sans frontières Canada (ASFC) a organisé une table ronde sur le statut et les opportunités de réparation pour les survivantes de violences sexuelles liées au conflit (SVSC) au Mali, les 11 et 12 novembre 2021 à Bamako. La table ronde a réuni une cinquantaine de participant-e-s, dont les représentant-e-s d’organisations de la société civile, de la Commission Vérité, Justice et Réconciliation (CVJR) du Mali et d’associations de survivant-e-s. 

La cérémonie d’ouverture a été présidée par Mme Fatoumata Bintou SANGARÉ, représentante du ministre de la Réconciliation nationale, en présence du président de la CVJR et du directeur Mali d’ASFC.

Cet événement de deux jours s’inscrit dans le cadre d’une étude mondiale sur les réparations des SVSC, menée dans une vingtaine de pays dont le Mali, la Guinée, la République Démocratique du Congo, le Soudan du Sud, le Congo et le Kenya. Pour ASFC, cela a été l’occasion de mettre à profit les leçons apprises tirées de son travail sur le terrain.

Depuis 2015, ASFC contribue au processus de réconciliation nationale en appuyant financièrement et techniquement la CVJR dans la préparation de ses audiences publiques, qui permettent à des survivantes et à d’autres victimes de témoigner des horreurs qu’elles ont vécues. Plus récemment, son soutien a facilité l’élaboration des documents de la Politique nationale de réparation.  


Les réparations pour les SVSC : indispensable pour l’unité nationale et la paix 


Les violences sexuelles liées au conflit interne malien ont été relevées par plusieurs sources, mais rarement dénoncées par les survivantes. Parmi les raisons qui les freinent, le risque de stigmatisation encore très réel au Mali. La table-ronde a permis de cerner les opportunités de réparation, en vue de favoriser la prise de parole des survivantes. Ces opportunités viendraient compléter le processus déjà entamé par le gouvernement de transition, notamment à travers l’adoption de sa Politique nationale de réparation préparée par la CVJR. 

L’appui du GSF dans la mise en œuvre de la Politique nationale de réparation arrive au bon moment. Surtout que les avant-projets de loi et de décret de ladite politique sont actuellement discutés au Conseil National de Transition.

ASFC est enthousiasmée par cette collaboration nouvelle avec GSF, centrée sur la réparation des survivantes de violence sexuelle. Depuis son arrivée au Mali, ASFC a toujours soutenu la CVJR et prévoit également soutenir ses organes successeurs qui se focaliseront entre autres sur la réparation. 

De gauche à doite: Racki GAKOU, Moussa TRAORE, Julia Tétrault-Provencher, Aristide NONONSI, Danae Van der Straten Ponthoz, Abdoulaye DOUCOURE et Hawoye MAIGA

De gauche à doite: Racki GAKOU, Moussa TRAORE, Julia Tétrault-Provencher, Aristide NONONSI, Danae Van der Straten Ponthoz, Abdoulaye DOUCOURE et Hawoye MAIGA


Pour en savoir plus


 

Merci à nos partenaires sans frontières

Consulter la liste des partenaires